Agrainage du gibier d'eau

Article 7 du SDGC : AGRAINAGE ET CHASSE A L’AGRAINÉE DU GIBIER D’EAU

1 – L’agrainage du gibier d’eau consiste en un apport de nourriture, exclusivement composée de céréales, destiné à alimenter ou à fixer les oiseaux en zone de marais non asséchés, sur les fleuves, rivières, canaux, réservoirs, lacs, étangs et nappes d’eau. Il s’adresse essentiellement aux canards de surface. Cet apport de nourriture se pratique soit au moyen de distributeurs fixes, soit par la dispersion manuelle de grains en traînée ou à la volée.

Quelle que soit la pratique utilisée, la distribution se fait au plus près de la nappe d’eau et la quantité de grains distribuée doit être en adéquation avec la surface en eau et la densité des oiseaux d’eau fréquentant la zone humide.

Le dépôt de grains en tas importants est proscrit car la nourriture est susceptible d’être avariée, ce qui pourrait avoir des conséquences sanitaires. Il est préférable de renouveler régulièrement l’apport.

  • Lorsqu’il est pratiqué sur les étangs et plans d’eau situés hors zones de marais, c’est-à-dire sur des parcelles non assujetties aux taxes de marais, l’agrainage du gibier d’eau est autorisé toute l’année sous réserve d’une déclaration préalable auprès de la Fédération Départementale des Chasseurs, à l’initiative du propriétaire ou du titulaire du droit de chasse, précisant, sur carte I.G.N. du territoire, la localisation des zones d’agrainage et des postes de tirs.

 

  • Lorsqu’il est pratiqué sur les nappes d’eau à vocation cynégétique situées en zones de marais, l’agrainage du gibier d’eau n’est autorisé qu’en dehors de la période d’ouverture de la chasse aux canards de surface. Il donne également lieu à une déclaration préalable auprès de la Fédération Départementale des Chasseurs de la part du propriétaire ou du titulaire du droit de chasse, précisant sur carte IGN du territoire, la localisation des zones d’agrainage.

2 – La chasse du gibier d’eau à l’agrainée peut se pratiquer sur les étangs et plans d’eau qui sont agrainés et sont situés hors zones de marais, à condition que les postes de tir soient distants d’au moins 30 mètres de tout point d’agrainage pour les étangs de moins de 3 ha d’eau et d’au moins 50 m de tout point d’agrainage pour les étangs de plus de 3 ha d’eau et que le titulaire du droit de chasse respecte le plan de gestion cynégétique du canard approuvé par le Préfet, lequel limite le prélèvement sur le plan d’eau considéré à 10 canards de surface par jour et par chasseur.